Rennes : mais qui est donc la « grosse Françoise » ?

« Grosse Françoise », en voilà un drôle de nom ! Mais pourquoi la tour de l’horloge porte-t-elle un tel surnom ? Quel est le rapport avec le beffroi de la mairie de Rennes ?

horloge beffroi hotel des lices rennes

« Grosse Françoise », en voilà un drôle de nom ! Mais pourquoi la tour de l’horloge porte-t-elle un tel surnom ? Quel est le rapport avec le beffroi de la mairie de Rennes ?

Depuis notre hôtel à Rennes, à la suite d’une petite promenade dans le cœur de ville, vous ne devriez avoir aucun mal à apercevoir la tour de l’horloge, un monument construit au 15ème siècle mais qui eut le malheur d’être détruit par le terrible incendie de 1720. Tandis qu’une nouvelle tour d’horloge a depuis été intégrée à l’hôtel de ville, comment expliquer le drôle de surnom qu’elle porte, à savoir la « grosse Françoise » ?

Pourquoi la tour de l’horloge de Rennes est-elle nommée « grosse Françoise » ?

Vers les années 1469, une première tour d’horloge avait été bâtie sur une ancienne tour circulaire de la chapelle Saint-James, laquelle était alors rattachée à la première enceinte des remparts de Rennes.

En haut de la tour de l’horloge, on trouvait d’ailleurs une grosse cloche nommée « Madame Françoise »surnom vraisemblablement donné en l’honneur du duc François II de Bretagne —, ainsi qu’un carillon qui sonnait toutes les heures. À noter qu’un beffroi fut élevé en 1460 sur la même tour. Ce dernier était composé d’un donjon et d’une charpente d’une hauteur d’au moins trente pieds.

Mais suite à l’incendie de 1720, il ne resta de la tour de l’horloge que des cendres… Une nouvelle tour fut donc construite et intégrée au bâtiment de l’hôtel de ville de Rennes, à moins de cent mètres au sud des vestiges de l’ancienne tour.

L’histoire de la « grosse Françoise », entre mythe et réalité

On dit un petit peu tout et n’importe quoi au sujet de la « grosse Françoise ». Mais ce qui est sûr, c’est que ce monument emblématique du patrimoine historique de Rennes suscite l’admiration. Dans son itinéraire de Bretagne paru au 17ème siècle, Dubuisson-Aubenay écrivait par exemple que « […] La voix de la grosse Françoise est si puissante et épouvantable qu’elle peut faire avorter les femmes enceintes ».

En plus d’émettre un bruit assourdissant, la cloche de la tour de l’horloge était colossale ; elle pesait plus de 40 000 livres et c’est sa seule chute qui causa la destruction de la chapelle Saint-James !

Parmi les autres anecdotes à la fois amusantes et fascinantes gravitant autour de la cloche de la première tour de l’horloge, une prédiction de Nostradamus qui avait écrit ceci : « En 1720, la grosse Françoise tombera et Senner brûlera ». Or, Senner n’est-il pas l’anagramme de Rennes ?

Lire aussi : 

Ce site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience.